Anciens ENSTA Bretagne

  • Retrouvez les membres de votre promotion
  • Participez aux évènements
  • Elargissez et exploitez votre réseau
  • Enrichissez votre potentiel professionnel

Remplissez votre Profil
Soyez facilement identifié

Créez vos Groupes
ouverts ou privés

Soumettez vos Projets
au financement participatif

Publiez votre Blog
et partagez vos expériences
 


Anthony Bouteiller, FIPA IGO 2015, un parcours exceptionnel !!

Témoignage sur son parcours 100% apprentissage :



"J'ai découvert le monde de l’apprentissage lorsque j’étais en 4
ème
car à cette époque mes deux frères ainés débutaient un cursus en alternance. Cette voix m’a intéressée car tous les deux me vantaient les avantages de ce type de formation tant pour l’aspect financier permettant une plus grande autonomie, que pour l’expérience de l’entreprise que ce type de formation donne très précocement.

Le baccalauréat en apprentissage n’existant pas encore en trois ans à l’époque, j’ai débuté mon alternance par la réalisation d’un BEP chaudronnerie au sein de l’entreprise de mon père (HAUCHARD SAS). Cette entreprise comporte une activité navale (fabrication bateau de plaisance, transport off-shore,..) et une activité industrielle (escalier métallique, garde-corps, charpente,…).

 A la suite de l’obtention de ce BEP, j’ai poursuivi mes études en Bac par alternance dans le domaine de la conception mécanique. Je réalisais les études CAO dans une entreprise de structure métallique.

Par la suite, comme je désirais poursuivre mes études, je suis entré au pôle de formation du Havre pour entreprendre un BTS en conception industrielle. Le centre de formation a transmis mon CV à l’usine Renault de Sandouville qui m’a proposé un poste de concepteur industriel au département de la tôlerie. Chez Renault j’ai découvert un univers complètement différent de celui des PME que j’avais côtoyé jusqu’à présent. Dans ces grosses entreprises chaque métier ou compétence est défini dans un poste précis.

 En 2012, à la fin de mon BTS, j’ai à nouveau souhaité poursuivre mes études en école d’ingénieur cette fois. Après quelques entretiens en interne, Renault me proposa un poste d’apprenti chargé d’affaires industriel (l’équivalent du chef de projet dans d’autres entreprises).

Possédant déjà un poste, il ne me manquait plus qu’une école. Grace aux conseils de la responsable du recrutement des apprentis chez Renault et suite à mes recherches personnelles  j’ai découvert le cycle FIPA à l’ENSTA Bretagne à Brest et j’ai été intéressé par l’option architecture véhicule proposée.  

Je n’ai pas regretté le choix de cette école par la suite, bien au contraire. J’y ai apprécié la qualité des infrastructures ainsi que les formations proposées sans oublier la très bonne ambiance. Loin de ma patrie de seine maritime (76), j’ai dû m’habituer au climat finistérien mais en contrepartie j’ai pu découvrir une très belle région Française.

Au cours de mon parcours de chargé d’affaires chez Renault, j’ai acquis des compétences en gestion de projet et notamment en management transversal. Des aspects que nous avons abordés à l’ENSTA durant notre formation initiale mais également en option IGO (ingénierie et gestion des organisations). Suite à une demande formulée conjointement avec mon camarade Valentin Maixent (FIPA 2015) l’école nous a permis d’intégrer cette option qui n’était pas encore ouverte aux FIPA. Maintenant cette  option est proposée en troisième année aux FIPA sous l’intitulé science de l’entreprise.

Suite à l’obtention de mon diplôme, j’occupe actuellement le poste de chef de projet en prestation chez Renault ce qui me permet de poursuivre les projets initiés au sein de cette entreprise durant mes années d’apprentissage.

Néanmoins, je suis à la recherche d’une nouvelle opportunité professionnelle d’activité afin de découvrir un autre univers après 6 années passées chez Renault."

Propos recueillis fin sept 2016

ImprimerE-mail

Pierre THOMAS, FIPA SE 2015

Pierre Thomas, nous parle de son V.I.E

Pour faire simple,  je veux bien que tu me décrives en quelques lignes :

- - Qu'Est-ce qu'un VIE ?

Le VIE (Volontariat à l’International en Entreprise) est une mission à l’étranger pendant une
durée maximale de 2 ans. Pour ma part j’ai signé directement un contrat de 2 ans avec
l’entreprise ALSTOM mais ça peut être 6/12 mois renouvelable mais dans la limite maximale
de 2 ans (toutes les infos sur civiweb.com). Mon contrat se passe à Preston (Lancashire,
Angleterre).

- - Comment as-tu été intégré ?

L’intégration s’est bien passée, on m’a présenté au service « Engineering » puis on a fait un
tour des bâtiments de l’entreprise (maintenance des moteurs, maintenance des pièces
détachées, magasin). Le site est spécialisé dans la maintenance. Il y a une bonne ambiance
malgré un énorme open-space de 150 personnes, presque tous les services y sont
représentés (engineering, supply chain, sales, TEC room, EHS …)

- - Comment se passent ces 1ers mois au boulot ?

Le premier mois a été assez compliqué comme on se retrouve loin de ses proches, mais je
me suis fait rapidement de nouveaux amis et j’ai 3 collègues français qui sont aussi en VIE,
on s’entend très bien.

- - Quelles sont tes missions ?

Ma mission principale est de développer un logiciel complet à partir d’un ancien existant
mais qui ne fonctionne pas sur les versions Windows 64 bits. Il s’agit de concevoir une toute
nouvelle version mais plus moderne et avec de nouvelles fonctionnalités. Le software va
aider au diagnostic et à la résolution des pannes sur les trains. C’est un outil de
« monitoring » que je programme en C# (langage de programmation, prononcé C sharp).
Une grosse partie des informations des trains seront affichées en temps-réel ou en playback
(données enregistrées auparavant que l’on pourra visualiser).

- Avec qui  travailles-tu ?

Je travaille dans le service Engineering d’un grand open space de 150 personnes mais pour le
développement du logiciel, je travaille en autonomie. Mon collègue en face de mon bureau
est très compétent en programmation et vient me donner de l’aide quand j’en ai besoin. Je
suis assez bien encadré et c’est rassurant. Mes missions pour ce VIE ont été écrites mais ce
n’est pas le cas de tous mes collègues VIE.

- - Qu’est-ce que tout ceci t'apporte ?

1 - J’apprends le langage C# (langage de Programmation orienté Object créé par/pour Windows) et n’avais jamais développé de logiciel avec interface graphique. Cela m’apporte une autre expérience technique, j’avais plutôt des connaissances dans la programmation de cartes électroniques / microcontrôleur en langage C ou en analyse de données / analyse spectrale en langage Python.

2 - Le fait de travailler dans un contexte international et de parler anglais est un point très avantageux, en effet je souhaite m’orienter vers un poste d’ingénieur support technique ou ingénieur d’affaires dans le but d’avoir plus de relations avec le client/bureau d’études/fournisseurs. Le fait de parler anglais n’est pas négligeable pour cet objectif professionnel.

3 - Les indemnités VIE permettent de très bien vivre et de mettre de l’argent de côté ou pour ma part, voyager ! Nous ne sommes pas imposables avec le statut VIE et les annuités comptent pour la retraite. Par contre nous n’avons pas le droit au chômage sauf si des droits ont été accumulés par un précédent travail (J’étais en FIPA donc pas de problème pour moi, j’ai accumulé des droits).

- - Les points négatifs aussi (il peut y en avoir quelques-uns et c'est normal) ?

Ce qui me déplait, c’est de rester 8 heures par jour devant un écran et de ne pas avoir de relations au sein du projet comme je développe le logiciel en autonomie. Comme je l’ai dit, je souhaite trouver un travail où le relationnel est présent. Mais une fois que le logiciel sera terminé, il faudra le tester directement sur les
trains dans les différents dépôts et expliquer le fonctionnement de celui-ci au personnel Alstom, c’est cette partie qui sera la plus intéressante à mes yeux. Heureusement que les pauses café sont là pour discuter avec les collègues.


- - Comment t'adaptes-tu à la vie anglaise au quotidien, où loges- tu ?

 Mon VIE à commencer début avril 2016 et j’étais dans une maison de 7 personnes en  collocation, l’ambiance était bonne mais depuis j’ai déménagé dans une petite maison avec  un collègue VIE.

 - - Qu’as-tu as découvert,  qu’est-ce qui te plait,  te déplait ?

J’ai déjà effectué plusieurs road trip et visité/revisité pas mal d’endroits (Londres, Oxford,  Windsor, Bristol, Bath, Devon, Cornwall, Cardiff, Chester, Manchester, Liverpool, Blackpool,  Lake district, Edinburgh et bien sûr Preston qui est une ville de 130000 habitants et qui ne  me déplait pas pour vivre) 

- - as-tu des loisirs ?

Oui je suis un grand sportif et je ne m’arrête jamais … Je trouve toujours quelque chose à  faire entre BMX, Kitesurf, VTT, course à pied et musculation. Et quand je visite j’apporte  toujours mon appareil photo, je me suis créé une passion pour la photo depuis un an. 

 

- - Bref, un tour d'horizon de ta vie là-bas. 

A la sortie de l’ENSTA (FIPA 2015), mes recherches d’emploi ont débuté à basse vitesse car  j’avais un voyage d’organisé au Mexique tout le mois d’octobre, j’ai rejoint un copain qui  travaille là-bas. J’ai commencé tranquillement en septembre 2015 pour tenter d’avoir un  travail en revenant début novembre. Il a fallu remettre mon CV à jour en ajoutant le projet  de fin d’études. Pour ma part, j’ai revu totalement la mise en forme pour qu’il soit lisible,  avec différentes couleurs et des mots clés.

Le CV est vraiment très important, il faut que  l’employeur ait envie de le lire. Il faut se  démarquer des autres candidats, donc il faut se  poser les bonnes questions afin qu’il ressorte de  la pile. J’ai mis à jour mes profils Viadeo, LinkedIn  et posté mon CV sur le site de l’APEC. Et comme  j’avais de l’intérêt pour travailler à l’international,  je me suis inscris sur le site civiweb pour tenter  de décrocher un VIE.

J’ai d’ailleurs envoyé ma candidature au Mexique, aux Etats-Unis, au  Brésil et au Royaume-Uni.  Si je peux donner un conseil pour chercher du  travail, il faut s’y prendre avant d’être diplômé car  les entreprises postent plus d’offres d’emploi pour  commencer en septembre. Ensuite il y a une  période creuse jusqu’à janvier-février. Beaucoup  d’entreprises de type ESN/SS2I vous contacte en  avançant qu’ils ont des postes mais en fait le  premier interlocuteur ne sait pas du tout le  nombre, quel poste et dans quel domaine. Ce sera  après ce premier entretien que le manager d’un domaine (automobile, défense,  aéronautique etc.) de la SS2I qui vous proposera des postes.

Pour mon cas, il me proposait  des salaires entre 30k€ et 33k€ après un apprentissage (soi-disant ils prennent 1 an et demi  d’expérience en compte).  J’ai postulé a de nombreuses offres en électronique / systèmes embarqués et dans différents  domaines sur les sites internet des grandes entreprises. Je n’ai pas eu d’entretien, peut-être  à cause de cette période creuse. Ensuite j’ai eu des entretiens en fin d’année avec des SS2I  pour commencer en début d’année. Ces entretiens se sont passés directement chez le client  mais les conditions de travail ou le poste ne m’attirait pas plus que ça.  Au début d’année 2016, j’ai reçu un mail d’Alstom pour un poste en Angleterre ainsi qu’un  mail de Matis technology (SS2I) pour travailler chez NOKIA en Belgique.

Alstom voulait me  faire passer un entretien pour un VIE, mon profil correspondait à une offre dans le domaine  de la maintenance électronique. Matis, de son côté, avait un VIE dans le domaine des  télécommunications pour effectuer des tests sur des équipements internet, le manager à  envoyer ma candidature et j’ai eu un entretien.  Au final, j’ai été pris à ces 2 entretiens ! J’avais alors 2 possibilités de VIE, ce qui est rare. La  première proposition était de travailler chez NOKIA pour tester des équipements internet  ADSL / fibre-optique en laboratoire et sous toutes les coutures (CEM, résistance aux chocs,  aux arcs électriques etc.). La deuxième proposition s’est en fait transformée en 2 options,  soit j’acceptais le poste en maintenance dans la ville de Wolverhampton, soit j’acceptais un  poste d’ingénieur électronique pour le développement d’un logiciel dans la ville de Preston. 

Le choix final s’est porté sur Alstom malgré un choix très difficile. J’ai choisi Alstom car c’était  une entreprise plus axée dans mon domaine (systèmes embarqués) et aussi pour la  poursuite de carrière à la suite du VIE. J’espère avoir fait le bon choix !

ImprimerE-mail

Accueillir un FIPA en mission pour quelques mois

Les élèves FIPA de l'ENSTA Bretagne (Formation d'Ingénieur Par Alternance) peuvent se détacher de leur société, pour réaliser une période à l'étranger.

Si toi ou ta société êtes intéressés par l'accueil d'un FIPA, voici les 3 types de conventions qui existent selon le pays où se situe ta société :

 

 

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION D’UN APPRENTI TRAVAILLANT EN FRANCE AUPRÈS D’UNE ENTREPRISE D’ACCUEIL ÉTABLIE DANS UN AUTRE ÉTAT MEMBRE DE L’UNION EUROPÉENNE

CONVENTION DE DETACHEMENT D’UN APPRENTI TRAVAILLANT EN FRANCE AUPRÈS D’UNE ENTREPRISE D’ACCUEIL ÉTABLIE DANS UN ÉTAT AYANT SIGNE UNE CONVENTION DE SECURITE SOCIALE AVEC LA France

 



CONVENTION DE DETACHEMENT D’UN APPRENTI TRAVAILLANT EN FRANCE AUPRÈS D’UNE ENTREPRISE D’ACCUEIL ÉTABLIE DANS UN ÉTAT QUI N’A PAS SIGNE D’ACCORD DE SECURITE SOCIALE AVEC LA France

 

 

 

 

 




Tu peux obtenir + de renseignements auprès d' olivier.reynet@ensta-bretagne.fr.

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2

Nouveaux Membres

Enquêtes